Ateliers

Atelier du printemps de l'ARQ

 

L'observation
 

Université de Montréal

 

Vendredi 27 avril 2018

 

Horaire et thématiques des ateliers

 

9 h à 12 h

 

Atelier de base sur l'observation

 

Dominique Robert

Local: D-544

20 places

 

 

Défis et apports de la vidéo-ethnographie : de la collaboration à la co-création avec les acteurs

 

Jrène Rahm
et collaborateurs

Local : E-224

20 places

 

Shadowing/vidéo-filature

 

Frédérik Matte

Local : B-328

20 places

13 h 30 à 16 h 30

 

De l'observation aux pistes d'analyse: les usages du journal de terrain

 

Colette Baribeau

Local : D-544

20 places

 

Observer la ville avec les enfants: la méthode des parcours commentés

 

Juan Torres

Local :  E-224

20 places

L'ajustement de la distance en contexte d'observation des pratiques

 

Yves Couturier

Local : B-253

20 places

Prix : inscription pour deux ateliers : (formulaire d’inscription en ligne)

150$ membres réguliers

125$ pour les membres étudiants et retraités

 

À noter que les activités sont réservées aux membres de l’ARQ.

Si vous n’êtes pas membre, il est toujours possible d’adhérer ou de renouveler votre adhésion.
(formulaire d’adhésion en ligne)

Adhésion : 100$ membre régulier ou 60$ étudiant et retraité

 

Dîner libre. Services de cafétéria disponibles sur les lieux.

 

Télécharger la programmation (lien vers la programmation)

 

Atelier 1 : Atelier de base sur l’observation

Observer est une action toute naturelle, n’est-ce pas? Dans un contexte de production de connaissances toutefois, l'observation est une stratégie de recherche de plein droit, organisée, réfléchie. Comment cette stratégie se décline-t-elle suivant les influences théoriques du chercheur? Quelles en sont les approches et les formes? Comment s’y prend-t-on? Par exemple, comment produire une grille d’observation et prendre des notes? Quels rôles choisir en tant qu’observateur? Quelles sont les phases d’une recherche de terrain? Quelles sont les questions éthiques qui se posent? À l’aide d’exemples d’études empiriques, nous tenterons répondre à ces questions et, afin d’alimenter notre réflexion, nous nous exercerons à l’activité de production de connaissances qu’est l’observation. L’objectif de l’atelier est de nous introduire à la richesse de cette stratégie tout en nous invitant à entraîner notre faculté d’observation à toutes les occasions qui se présentent.

 

Animatrice

Dominique Robert

Professeure agrégée, Criminologie, Faculté de sciences sociales 

Université d’Ottawa

Atelier 2 : Défis et apports de la vidéo-ethnographie : de la collaboration à la co-création avec les acteurs

La vidéo-ethnographie fait partie d’un ensemble d’approches et de méthodes qui proposent différentes façons de mettre en action l’observation. Lors de l’atelier, nous porterons un regard critique sur les défis et les apports de la vidéo-ethnographie, méthode que nous avons utilisée pour la documentation d’apprentissages in situ dans plusieurs projets de recherches visant à assurer l’empowerment des acteurs sociaux ainsi que la transformation des pratiques d’enseignement. Nous présenterons d’abord les nombreux enjeux d’un ancrage collaboratif, par exemple, le changement de position dans le terrain de recherche qui modifie les rapports entre le chercheur, les participants et la caméra. Parmi les apports de la vidéo-ethnographie, nous explorons la co-création comme outil clé dans de tels projets. L’atelier vise à discuter de l’entrée des acteurs et de la caméra sur le terrain, de la collecte et de l’analyse des données – trois étapes que nous considérons être interreliées – qui nous amènent à l’idée de la co-construction comme outil clé au travers d’un tel processus.

 

Animatrice

Jrène Rahm (en collaboration avec Ferdous Touioui, Maria Grullon et Laurent Fahrni)

Professeure titulaire, Département de psychopédagogie et d’andragogie, Faculté des sciences de l’éducation

Université de Montréal

Atelier 3: Shadowing/vidéo-filature

Cet atelier nous donnera l'occasion d'explorer les implications à la fois pratiques, méthodologiques et épistémologiques qui découlent de la technique de la vidéo-filature (Shadowing) pour procéder à l’observation d’acteurs organisationnels. Plus spécifiquement, nous discuterons des aspects pratiques à prendre en compte lorsque l'on utilise une caméra vidéo (accès au terrain, appropriation par les acteurs, biais possible). Nous toucherons aussi aux approches conceptuelles que la vidéo-filature permet de mobiliser telles que la matérialité (artéfacts, technologies, espace), l'agentivité (autorité et pouvoir, relations) et le discours (interactions, rhétorique, critique). Enfin nous aborderons l'angle méthodologique en tant que tel en montrant les avantages (cueillette de données dites naturelles, analyse a posteriori, etc.) et les défis (biais intrusif possible, malaise chez certains participants, etc.) d'une telle démarche.

 

Animateur

Frédérik Matte (en collaboration avec Sylvie Grosjean)

Professeur adjoint, département de communication

Université d’Ottawa

Atelier 4 : De l’observation aux pistes d’analyse : les usages du journal de terrain

Journal de terrain, journal de bord ou journal de recherche, peu importe sa dénomination, le journal est LE fidèle allié qui ne quitte jamais le chercheur en immersion. C’est lui qui permet de relater aussi bien l’expérience de ce(ux) que l’on observe que sa propre expérience en tant que chercheur. Mais son utilisation va bien au-delà du simple cadre des observations puisqu’il ouvre aussi la voie à une meilleure familiarisation avec le milieu, voire avec l’objet de la recherche, et permet également de garder une trace de son implication en tant que chercheur. Dans tous ces cas, le journal de terrain s’avère un outil fécond et un garde-fou indispensable pour rendre compte de la réflexion dans l’action. Alors, comment domestiquer cet outil qui, en dépit de ses apports heuristiques évidents, peut se révéler quelques peu revêche de prime abord? Telle est la question à laquelle répondra l'animatrice au cours de cet atelier interactif. Elle donnera aux participants des stratégies et des astuces pour s’approprier cet outil.

 

Animatrice

Colette Baribeau

Professeure retraitée

Département des sciences de l’éducation Université du Québec à Trois-Rivières.

Atelier 5 : Observer la ville avec les enfants : la méthode des parcours commentés

Cet atelier met de l’avant la participation des enfants dans la production de connaissances, notamment à travers l’observation directe de leur environnement quotidien, dans le cadre de parcours commentés. Son but est d’initier les participants à cette méthode, tout en les sensibilisant à ses fondements épistémologiques ainsi qu’aux enjeux éthiques qu’elle sous-tend. L’atelier comportera la présentation d’exemples concrets, jumelant les parcours commentés à d’autres outils de collecte de données (dont le photo-témoignage), tirés de projets réalisés au Québec et ailleurs. Une place importante de l’atelier sera consacrée à la réflexion et aux discussions entre les participants, ainsi qu’à la réalisation d’exercices pratiques.

 

Animateur 

Juan Torres

Professeur agrégé, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Faculté de l’aménagement

Université de Montréal

Atelier 6 : L’ajustement de la distance en contexte d'observation des pratiques

Cet atelier sera l’occasion d’approfondir la pratique de l’observation sous l'angle spécifique de l'ajustement de la distance de l'observateur à l'observé, au regard des conditions de chaque situation, qu'elles soient pratiques ou éthiques. L'atelier présentera d’abord les familles d'observation (ex.: participante ou indirecte) et distinguera pour chacune les stratégies d'ajustement de la distance (ex.: shadowing, positionnement indirect). Les participants et les participantes pourront ainsi prendre connaissance de techniques d’observation. L’atelier permettra de discuter des expériences de pratiques observationnelles des divers participants. Une large place sera donnée aux échanges entre les participants, les participantes et l’animateur afin de permettre à chacun et à chacune d’enrichir leurs connaissances et compétences sur l’observation.

 

Animateur

Yves Couturier

Professeur titulaire, École de travail social, Faculté des lettres et des sciences humaines

Université de Sherbrooke